Les préjugés sur les vins de Bordeaux ont la peau dure

J’avais d’abord pensé à un titre genre « Marre du Bordeaux Bashing » mais bon, faut être honnête, ça n’aurait pas vraiment été de moi, mais plutôt un peu d’Eric Boschman dont le « Cessons le Beaujolais-Bashing » de novembre 2013 résonne encore agréablement à mes oreilles, et un peu du vigneron bordelais rencontré sur Bordeaux Fête le Vin à… Bordeaux (ben oui, il y a des Bordeaux Fête le Vin au Québec, à Hong-Kong, et bientôt à Bruxelles…) qui hurlait sa colère contre le « Bordeaux-Bashing ». Conclusion, je vais simplement m’attaquer à quelques préjugés pas tout à fait faux, mais tellement simplistes et réducteurs.

2014-06-28 10.23.01

Donc, si je n’étais pas aller fouiner à gauche et à droite dans le Bordelais, et que, crédule comme pas deux, je me fiais aux dire de mes parents et grands-parents, mais également des quelques amateurs de vins s’exprimant ici et là sur la toile, je penserais que les vins de Bordeaux sont rouges, très chers, uniquement vendus aux chinois, objets de spéculations, tous faits pour plaire à Robert Parker et donc dépourvus de toute saveur autre que le bois.

Mais comme je viens de passer 4 jours à arpenter le vignobles de Bordeaux à la rencontre des vignerons des appellations Bordeaux & Bordeaux Supérieur, j’ai en mémoire 2-3 conversations et 10-12 flacons qui me poussent à ne plus trop me fier à ce que l’on raconte trop souvent sur le Bordelais.

Le Bordeaux, c’est rouge ? Exact, mais si on s’attarde un moment sur les statistiques de la production de 2013 (35% moins importante que l’année précédente suite aux problèmes de floraison et aux orages de grêle qui ont principalement touché les rouges) dans les appellations de Bordeaux & Bordeaux Supérieur (52% du vignoble Bordelais), on obtient la répartition suivante :
- 0,5 % de crémant de Bordeaux (ben oui, ça existe),
- 11 % de Bordeaux Blanc,
- 8 % de Bordeaux Rosé,
- 1 % de Bordeaux Clairet,
- 61 % de Bordeaux Rouge et 18% de Bordeaux Supérieur (qui est rouge aussi),
- Quelques bouteilles de Bordeaux Supérieur Blanc (un peu sucré).

Le Bordeaux c’est super cher ? Ben, comment dire, il y a effectivement les Grands Crus qui représentent à peine 2% de la production Bordelaise et dont la réputation est trop souvent généralisée à l’ensemble du Bordelais. La réalité des appellations Bordeaux & Bordeaux Supérieur, ce serait plutôt des vins entre 4 et 10 euros, d’un solide rapport qualité/prix, certainement pas plus chers que les équivalents produits dans d’autres régions de France.

Le Bordeaux c’est hyper boisé ? Y en a, c’est certain, et ceux-là ne sont pas vraiment agréables, mais franchement, faut arrêter de généraliser, si tous les Bordeaux étaient boisés pour plaire à Robert Parker et qu’il aimait tellement ça et uniquement ça, tous ces vins auraient des notes supérieures à 90/100 et se vendraient comme des petits pains sur le marché US. En pratique, on en est loin, et les dérives sont progressivement corrigées.

Le Bordeaux c’est pour la spéculation ? Malheureusement, certains grands crus ne sont plus consommés par les amateurs mais thésaurisés par les spéculateurs, collectionneurs, frimeurs, imposteurs, dragueurs,… tiens, ça me rappelle qu’on se cherche encore un nouveau gouvernement en Belgique ;-) Mais dans l’ensemble, les vins de Bordeaux se boivent de plus en plus jeunes, sur le fruit, pour le plaisir, et c’est très bien comme ça. Mais bon, il ne faut pas non plus être sot et bouder son plaisir, si un vin peut gagner en complexité et soyeux après quelques années de bouteille, pourquoi ne pas lui garder une petit place au calme dans la cave ?

Le Bordeaux c’est pour les chinois ? Bon, là, c’est clair que les petits belges modestes et loyaux ont parfois été délaissés par les Bordelais séduits par les livres, les dollars et puis les yuans, mais aujourd’hui, les euros frappés à l’effigie de l’ami Philippe ont ramené un minimum d’attention vers les consommateurs belges qui (et ce sont les vignerons bordelais qui le disent) s’y connaissent nettement mieux en vin que les consommateurs d’autres pays. Franchement les amis, allez dans le Bordelais, vous y serez accueillis avec le sourire (sauf si on va plus loin que la France à la coupe du monde).

A Bordeaux comme dans les autres régions viticoles de notre petite planète, les préjugés ont la peau dure, et le plus triste à mon sens, c’est que je rencontre plus d’esprits chagrins (fermés) parmi les professionnels que parmi les consommateurs. Que diriez-vous, amis pros, si je clamais haut et fort que tous les Beaujolais embaument la banane, que les vins du Jura goûtent tous la noix, que les vins du Languedoc sont lourds et pas chers, que les vins d’Alsace sont bourrés de sucres résiduels, que les vins de la Loire sont verts ou « bios brettés », etc… vous seriez un rien énervés, et je ne pourrais que vous donner raison. Mais le monde du vin a plus à offrir que des généralités, alors, prenez votre verre et goûtez, goûtez et goûtez encore. Il n’y a pas de souci à ne pas tout apprécier, c’est plus que normal, mais de là à se fier uniquement aux « on dit » il y a une limite à ne pas franchir.

2014-06-27 19.22.05

Ah oui, il y a encore un autre truc qu’on nous avait laissé entendre sur le Bordelais : c’est froid, fermé, arrogant et hermétique à la fête. Mais après un diner aux accents belges avec Alain Vercouter du Château de Jabastas, un déjeuner « comme à la maison » au Château Lajarre, un moment de franche convivialité chez les frères Siozard du Château Claouset, une soirée à refaire le monde en toute honnêteté au Château de Parenchère , une visite du Château La Motte du Barry où Joel Duffau opte pour une réduction de ses surfaces et un passage en bio, ou un début de nuit sur les quais avec les vignerons de Planète Bordeaux, une chose est certaine à Bordeaux, il y a de la place pour les échanges et même des dégustations de vins venus des 4 coins du monde. Et tout ça, c’est sans doute un peu grâce à des « p’tit bout de femme » méga énergiques comme Catherine Alby (Syndicat Bordeaux & Bordeaux Supérieur).

Quelques vins agréables découverts durant ce séjour…

Vins de Bordeaux blancs
Château de Parenchère Blanc 2012
Arômes de Jabastas Blanc 2013
Château de L’Hoste-Blanc – Vieilles Vignes 2012

Vins de Bordeaux rosés et clairets
Fraîcheur de Jabastas Rosé 2013
Château de Landereau Clairet 2013

Vins de Bordeaux rouges
Château de L’Aubrade 2010
Château de Jabastas 2012
Audace de Jabastas 2009

L’As de Jabastas 2009

Autres appellations

Château Lapinesse Vieilles Vignes 2012

Publié dans Dégustation de vin, Oenotourisme, Vinogusto | Un commentaire

Des bouteilles de vin plutôt sexy

Les étiquettes de vin sont toutes old fashioned et ennuyeuses? Non, pas toutes! Et pour démontrer notre propos voici une sélection de quelques étiquettes plutôt sexy. De quoi se rincer l’oeil avant de se rincer le gosier, ok, je sais la formule est un peu grasse, sorry. Retrouvez l’ensemble des vins sexy avec leurs descriptions et avis de consommateurs présentés sur le site du guide du vin Vinogusto.

 

Publié dans Vinogusto | Laisser un commentaire

Digital Wine Communication Conference 2014 à Montreux en Suisse

2014_hor_date47c7ec751f6a[1]Du vendredi 31 octobre au mardi 2 novembre, la jolie ville de Montreux en Suisse accueillera la 7ème édition de la Digital Wine Communication Conference ou #DWCC en version hashtag pour les amateurs de réseaux sociaux. Cette fois encore, près de 300 professionnels (ou presque) du monde du vin se retrouveront durant 3 jours pour échanger leurs expériences et connaissances en matière de communication appliquée au vin. Et oui, on ne parle pas de vin comme on parle de voiture (ce qui est peut-être une erreur) et cette année, une attention particulière ira à la « mise en contexte du vin » dans les efforts de communication.

Au programme ? Des conférences, des dégustations, des voyages de presse avant et après la conférence, de nombreuses rencontres avec des pros de la communication liée au vin venus des 4 coins du monde, et même une toute nouvelle session en partenariat avec le Wine Business Innovation Summit fondé par Marc Roisin et Faye Cardwell.

WBIS LOGOLa session de networking WBIS s’appelle simplement  « I have a wineproject ». L’idée est simple : après quelques participations à la DWCC et 2 WBIS, Marc et Faye sont convaincus que beaucoup de participants sont évidemment fous de vin et communicateurs plus ou moins confirmés mais ils sont nombreux à rêver d’aller un peu plus loin et de gagner leur vie dans le monde du vin. Mais vivre de sa passion, ce n’est pas donné à tous. Pourtant, il suffit parfois de mettre les bonnes personnes ensemble pour qu’une startup décolle, pour qu’un projet se concrétise, que l’impossible devienne possible. Mais pour cela, il faut combiner la passion du vin avec l’esprit d’entreprise, et c’est ce que nous allons faire pendant très jolie session de la future DWCC.

Que vous ayez un projet, une idée de business, ou simplement l’envie de mettre vos compétences au service d’une startup active dans l’industrie du vin, rendez-vous à la session #WBIS à Montreux !

 

 

 

Publié dans Actualité du vin | Marqué avec , , , , | Laisser un commentaire

Les Vins de Vienne – le pari fou de trois hommes

En 1996, Yves Cuilleron, Pierre Gaillard et François Villard ont décidé de relever un défi un peu fou : ressusciter le vignoble de Seyssuel qui avait disparu au début des sixties (ben oui, le progrès, les autoroutes et tout ça, ça n’a pas que du bon… Aujourd’hui, grâce à leur pugnacité, ce vignoble est à nouveau bien vivant et constitue un must pour tout amateur de vin qui descend vers le Sud de la France en passant par Lyon, Vienne,…

source: www.vinsdevienne.com

Géographie

Commençons par nous situer. Nous allons parler des vins produits dans le vignoble de Seyssuel, situé à 20 kilomètres au sud de Lyon, sur la rive gauche du Rhône, en face des prestigieux vignobles d’Ampuis et de Condrieu.

Un peu d’histoire

Resté très populaire jusqu’à la fin du XIXème siècle, ce vignoble fut pratiquement détruit par le phylloxera en 1883, qui est une maladie de la vigne causée par des insectes qui ravage la vigne.  Il a fallu alors le reconstituer de A à Z mais à cette époque, les coteaux étaient délaissés au profit des plateaux qui sont plus facile à cultiver. Malheureusement, les décisions des anciens n’ont pas joué en faveur de ce vignoble, la qualité du vin chuta. De plus, en 1959,  l’autoroute A7 mit Vienne à 20 minutes de Lyon. Par conséquence, le prix du foncier augmenta fortement et le vignoble disparu du paysage de la vallée.

Le pari fou de trois hommes

source: www.vinsdevienne.com

C’est en 1996 que 3 jeunes producteurs de Côte-Rotie et Saint-Joseph, se retrouvèrent pour mettre en place un projet commun. Le projet de Pierre Gaillard, François Villard et Yves Cuilleron reflèterait leurs valeurs et leurs travail. Poussés par la passion, l’audace et l’amour de la Syrah, les 3 hommes créent donc la société des Vins de Vienne.

Une première parcelle de terrain fut achetée, les week ends étaient consacrés à arracher, dynamiter, creuser les chemins et planter les premiers pieds de vignes. Le terrain est hostile, la pente raide…qu’importe !

Naissance d’un grand domaine

C’est là, à Seyssuel, avec ses 700 mètres de largeur, que la vallée du Rhône est la plus étroite. Cet encaissement si particulier favorise une amplification des vents, un assèchement du climat et du sol mais aussi une montée des températures. Ces conditions réunies, offrent aux Vins de Vienne un climat unique et exceptionnel.  Nous nous trouvons, ici, dans le berceau de la syrah. Ce cépage noble et puissant, connu pour ses senteurs fruitées (fruits rouges et noirs) ou florales (violette). L’autre cépage phare est le Viognier. Ces 2 cépages permettent aux vignerons de produire des vins amples et soyeux pour les rouges. Quant aux vins blancs, ils sont caractérisés par leur amplitude ainsi que leur cotés minéral et fruité.

Depuis la création des Vins de Vienne en 1996, d’autres producteurs, comme des maisons renommées de la vallée du Rhône (maison Chapoutier, par exemple),  décidèrent de se joindre à l’aventure et d’exploiter ce terroir. Aujourd’hui, ils travaillent tous ensemble afin d’obtenir l’INAO, la reconnaissance d’un terroir exceptionnel, propice à l’élaboration de grands vins qui pourrait s’appeler « Vins de Seyssuel ».

Les trois pionniers du renouveau

source: www.vinsdevienne.com

Yves Cuilleron: Il a voulu tout comprendre et tout maitriser, de la plantation à la taille en passant par le travail rigoureux de la vigne jusqu’à la maturité de raisins. Copier les autres, certainement pas ! Il dit lui même que « si mes vins ne sont pas parfaits, tant mieux. Pourvu qu’on dise: ça, c’est le vin de Cuilleron ».

 

Pierre Gaillard: Depuis 1987, il bâtit son domaine avec patience, rigueur et persévérance autour d’un crédo bien rodé…tout faire soi même! Homme convaincu que le jus des raisins coule des cailloux et de la terre qui les portent.

François Villard: Comme le vin se fait à la vigne. Il y passe beaucoup de temps pour comprendre au mieux chaque terroir afin d’amener chaque vigne à son meilleur équilibre.  Sortir premier des concours, ceci lui est bien égal. Ses vin sont faits pour être bus !

 Où trouver les Vins de Vienne?

En France, de nombreux cavistes travaillent souvent quelques références mais le mieux reste encore de faire un détour sur votre route des vacances et d’aller chercher quelques bouteilles directement au domaine Les Vins de Vienne.

En Belgique, vous pouvez retrouver l’ensemble de la  la gamme des vins de Vienne chez Sobelvin.

Publié dans Carnet d'adresses, Oenotourisme | Marqué avec , , , , , , | 2 commentaires

Concours : les vins Roodeberg vous invitent au Festival Couleur Café

Oyé, oyé, bonne nouvelle : notre partenaire Roodeberg offre 6 x 2 tickets valables 1 jour pour le festival Couleur organisé du vendredi 27 juin au dimanche 29 juin sur le site de Tour & Taxi. Une occasion unique de savourer un verre de vin de Roodeberg dans une ambiance musicale et décontractée.

Pour tenter votre chance et peut-être remporter 2 tickets, il suffit de répondre aux 2 questions ci-dessous. La réponse à la première question se trouve dans la courte vidéo de notre visite dans la région de production des vins de Roodeberg.

Pour participer, répondez aux 2 question ci-dessous. Bonne chance !

Les Gagnants

Le concours est maintenant terminé, félicitations aux 6 gagnants qui ont bien répondus à la première question et on le mieux estimé le nombre de participants à notre concours Roodeberg : Olivier, Ben, Muriel, Philippe, Yvette et Thomas qui ont été averti par e-mail ce jour.

Publié dans Concours, Dégustation de vin | Marqué avec , , , , , | Un commentaire